L’activité physique, un plus pour nos aînés

Selon les recherches publiées par les « Archives de la médecine internationale », il apparait que les personnes âgées qui commencent une activité physique, même après 85 ans, peuvent accroître leur longévité et demeurer en bonne santé.L’activité physique peut retarder la spirale du déclin qui se traduit souvent par l’incapacité à effectuer les gestes quotidiens.

Les bienfaits au long terme de l’activité physiques prouvés par la recherche.

Des chercheurs de l’Université Hébraïque du centre médical de Jérusalem ont étudié 1861 individus nés entre 1920 et 1921. Les participants à cette étude ont subi des évaluations dans leurs maisons aux âges respectifs de 70, 78 et 85 ans. Ils ont été interrogés sur la fréquence de leurs activités physiques.

Ceux qui ont effectué moins de quatre heures par semaine d’activité physique ont été considérés comme sédentaires, tandis que ceux qui ont exercé environ quatre heures par semaine, effectué des activités plus vigoureuses comme la natation ou le jogging et se sont livrés à des activités régulières comme la marche (une heure par jour), ont été considérés comme physiquement actifs.

En comparaison avec celles qui étaient considérées sédentaires, les personnes physiquement actives ont :

  • 12% moins de risques de mourir entre 70 et 78 ans
  • 15% moins de risques de mourir entre 78 et 85 ans
  • 17% moins de risques de mourir entre 85 et 88 ans

Ces individus physiquement actifs sont également susceptibles de rester plus indépendants et subissent moins de difficultés pour accomplir les gestes quotidiens. Ils gèrent également mieux la solitude qui les affaiblit moralement. Toujours selon cette étude, les avantages associés à l’activité physique ont été mis en évidence aussi bien chez les personnes ayant maintenu cette activité durant leur existence que chez celles qui avaient commencée à l’exercer entre 70 et 85 ans.

Dans une autre recherche dirigée par l’institut Buck, les membres du corps professoral, les professeurs Melov Simon et Mark Tarnopolsky (Ontario, USA), ont mis en évidence que l’entraînement physique  rajeunissait réellement le tissu musculaire et maintenait la santé des personnes âgées.
L’étude a également mesuré les profils d’expression des gènes, sorte  d’empreinte moléculaire du vieillissement. L’exercice a abouti à un remarquable renversement de l’empreinte génétique qui retournait à des niveaux similaires à celle de plus jeunes adultes.

Pour un senior, être soulagé par un aidant familial ou extérieur peut l’aider à trouver du temps pour poursuivre ses activités physiques et maintenir de surcroît sa santé. Il existe de nombreuses associations d’activités sportives ou physiques pour les seniors, ainsi que la possibilité de faire appel à un aidant extérieur pour pratiquer la marche si la famille n’en a pas le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *