revalorisation des retraites pour nos aînés

Revalorisation des retraites: quel impact pour les seniors ?

Comment l’annonce de Matignon concernant la revalorisation des retraites va-t-elle se répercuter sur le quotidien de nos aînés ? Quelles sont les raisons de cette décision ; à qui elle s’adresse et quels seront ses effets concrets au fil du temps.

Pourquoi une revalorisation des retraites de 0,8% au 1er octobre ?

Les seniors ont bénéficié d’une nouvelle rassurante, annoncée par le Premier ministre le 24 août dernier ; celle de la revalorisation des retraites, d’un montant proche de l’inflation, c’est-à-dire moins de 1%. Un dégel des pensions limité, mais tout de même appréciable après 3 années sans augmentation.

Au 1er octobre de chaque année, date de la revalorisation des pensions de base, c’est donc le taux d’inflation qui détermine s’il doit y avoir une évolution du montant. Celui-ci était resté figé en 2014 et 2016 de par la faible inflation, tandis qu’en 2015 la hausse n’avait atteint que 0,1%. La revalorisation d’octobre 2017 est ainsi liée à la reprise modeste de l’inflation au sein de la zone euro.

Ceci dit, cette mesure n’est au départ qu’une recommandation issue du rapport des comptes de la Sécurité Sociale. La décision finale appartient au gouvernement, qui n’a pas l’obligation de mettre en pratique cet avis. En l’occurrence, il s’agit d’apaiser les retraités, après 4 ans de gel des pensions et la hausse programmée de la CSG.

Ces 0,8% d’augmentation des retraites se traduisent concrètement par un gain d’environ 12 € par mois (pour une retraite de 1.376 € brut mensuels, correspondant à la moyenne des pensions en France), soit aux alentours de 140 € par an.

Amortir le contrecoup de l’augmentation de la CSG en janvier

Cette heureuse nouvelle arrive peu avant la hausse de la CSG, qui sera de 1,7% dès janvier 2018. Le montant net des retraites va donc au final baisser à partir de l’an prochain, ce qui laisse aux personnes âgées 2 mois pour profiter de leur augmentation.

Cette revalorisation impacte peu le pouvoir d’achat des retraités, qui vient principalement limiter les conséquences de l’évolution de la CSG. 60% des retraités sont en effet directement concernés par cette dernière mesure, qui ne concerne toutefois pas les plus modestes.

Du côté des retraités du privé en revanche, les complémentaires resteront à nouveau gelées au 1er novembre. Ces pensions s’indexent sur l’inflation, mais avec 1 point de moins, ce qui signifie une hausse nulle pour cette année.

Bien qu’ils soient la catégorie sociale la plus touchée par les réformes en cours, les seniors bénéficient grâce à cette revalorisation annuelle d’un léger répit, permettant de voir venir une année 2018 moins difficile que prévue au niveau financier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *