sclérose en plaque

Qu’est ce que la Sclérose en plaques ?

La sclérose en plaques est la première cause de handicap par maladie neurologique chez les jeunes adultes. Détectée à l’aide d’un examen IRM, elle concerne aujourd’hui 100 000 patients en France. Elle est généralement diagnostiquée entre 25 et 35 ans, touche environ 2500 nouveaux patients chaque année. 3/4 des patients sont des femmes.
Qu’en sait-on aujourd’hui et quelles sont les conséquences de cette maladie chez la personne atteinte ?

Par quoi se caractérise la sclérose en plaques ?

La sclérose en plaques (ou SEP) est une maladie auto-immune attaquant le système nerveux central, le cerveau et la moëlle épinière. Des cellules immunitaires, les lymphocytes T défaillants, détruisent la myéline, gaine protectrice des neurones. Ce dysfonctionnement provoque une inflammation. La myéline détériorée forme des « plaques » de lésions. Selon leur taille et leur localisation, elles perturbent gravement les informations transmises par le système nerveux, provoquant divers symptômes.

Cette maladie débute par une forme à poussées dont l’évolution variable est difficilement prévisible. Les recherches actuelles tendent à confirmer le caractère multifactoriel de la sclérose en plaques, avec prédisposition génétique et facteurs environnementaux. Cependant, ce n’est pas une maladie héréditaire. Des virus pourraient également jouer un rôle dans le déclenchement de la sclérose en plaques, mais elle n’est pas contagieuse.

Touchant de jeunes adultes, la sclérose en plaques impacte lourdement leur vie privée et professionnelle. Reconnue comme une affection de longue durée, la sécurité sociale garantit sa prise en charge à 100 %.

Symptômes et diagnostic de la sclérose en plaques

Apparaissant entre 25 et 35 ans, ses conséquences sont plus ou moins lourdes dans le temps. Les symptômes varient selon la localisation des plaques dans le cerveau :

  • raideurs des membres, tremblements
  • difficultés à marcher
  • troubles visuels, digestifs, urinaires, sexuels et de la parole
  • picotements, engourdissements, faiblesses et contractions musculaires, douleurs
  • fatigue intense
  • problèmes de mémoire et de concentration

La chaleur peut provoquer le phénomène d’Uhthoff, aggravant temporairement ces symptômes. Elle cause un blocage de l’influx nerveux qui cesse quand la température du corps redevient normale.

infographie sclerose en plaque
Source infographie – sante-sur-le-net.com

La variété des symptômes doit conduire la personne atteinte à rapidement consulter un neurologue. Il procède à différents examens comprenant:

  • un interrogatoire vérifiant le contexte familial et les signes de poussées
  • un contrôle clinique évaluant la gêne des symptômes et leur persistance
  • une IRM du cerveau et de la moëlle épinière pour visualiser les plaques dans le cerveau. Leur type et leur localisation (cicatrice ou active) confirment les symptômes et permettent de comprendre l’évolution de la maladie.

Même s’ils ne sont pas toujours réalisés, des analyses de sang et une ponction lombaire peuvent être ordonnées. La ponction lombaire consiste en un prélèvement via une fine aiguille de liquide encéphalo-rachidien au niveau des vertèbres lombaires du patient assis le dos courbé. Ce prélèvement prouve l’inflammation via la présence d’anticorps, et confirme l’élimination d’autres possibilités que la sclérose en plaques.

Les différentes formes et évolutions

La sclérose en plaques résulte d’une combinaison entre des facteurs génétiques et environnementaux. Elle n’est cependant pas héréditaire.
Il existe 3 formes de sclérose en plaques:

  • La plus fréquente dans 80-85% des cas, notamment en début de maladie, est la forme cyclique (récurrente-rémittente) : poussées et rémissions alternent, les symptômes diminuent puis disparaissent. Les poussées ne sont ni régulières ni nécessairement plus intenses. Elle peut évoluer en forme progressive, sans poussées.
  • La forme progressivement secondaire, survenant de 5 à 20 ans après l’apparition de la maladie pour 50% des patients: la maladie progresse par poussées puis d’autres symptômes surviennent. Les rémissions sont partielles, le handicap évolue.
  • La forme progressivement primaire: la plus rare, sans poussées, mais des troubles présents dès le début de la maladie s’aggravent, puis d’autres symptômes apparaissent.
evolution sclerose plaques - source Ameli
Source infographie – ameli.fr

Quels traitements pour la sclérose en plaques ?

La sclérose en plaques affecte la vie personnelle, familiale et professionnelle.

Les causes de cette pathologie n’étant pas clairement identifiées, il n’existe pas de traitement menant à la guérison. Les techniques d’imagerie modernes permettent un diagnostic plus précoce. Les consultations d’un neurologue détermineront le traitement médicamenteux et les options thérapeutiques adaptées à chaque cas.

Le diagnostic posé, le neurologue, le médecin traitant et d’autres spécialistes interviennent, tels les infirmiers, kinésithérapeutes et orthophonistes, selon la rééducation. Elle se déroule dans des centres spécialisés ou non de la sclérose en plaques.

La recherche a produit de nouveaux traitements ralentissant son évolution. Leur prise doit être strictement conforme aux prescriptions du neurologue.

Il existe 3 types de traitements:

  • Anti-inflammatoire ponctuel à base de corticoïdes pour prévenir et contrôler les poussées, réduire leur durée et intensité.
  • Ciblage des symptômes pour alléger les handicaps et mieux marcher, combattre la fatigue, les raideurs musculaires, les troubles urinaires, la douleur et baisser l’anxiété. Rééducation ciblée et soutien psychologique jouent un rôle important dans le soulagement des patients.
  • Action continue sur la réponse immunitaire dès le début de la maladie. Les différentes molécules existantes modifient ou bloquent cette réponse, ralentissant l’évolution et l’impact de la sclérose en plaques. Disponibles en comprimés ou injections, avec des prises occasionnelles plusieurs fois dans l’année ou régulières et quotidiennes, ils sont prescrits uniquement par le neurologue sur une ordonnance dite « pour médicament d’exception ».

Même si toute guérison définitive est actuellement impossible, les recherches récentes ont permis des progrès conséquents dans la prise en charge de la sclérose en plaques. Avec une approche pluridisciplinaire, les traitements actuels permettent aux patients de mieux vivre au quotidien durant de nombreuses années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *