vaccination

Vaccination des personnes âgées : conserver son immunité

Lorsque l’on prend de l’âge ou que l’on est atteint de maladies chroniques, nombre d’infections banales peuvent être suivies de complications. La question de la vaccination se pose donc sérieusement après 65 ans, afin de stimuler l’immunité et rester en pleine forme. Tous les ans en France, plus de 2000 décès seraient évitables chez les seniors grâce au vaccin contre la grippe saisonnière. Contre quelles maladies se faire vacciner en 2017 ?

L’intérêt des campagnes de vaccination

Les aînés font partie des personnes considérées comme fragiles ; d’où l’existence de campagnes de vaccinations mises en place par le ministre en charge de la santé. Celui-ci émet chaque année un calendrier des vaccinations recommandées. Ces vaccins permettent de stimuler les défenses de l’organisme, jouant un rôle de prévention dans l’apparition de diverses pathologies.

Malgré cela, la plupart des français conservent une certaine méfiance vis-à-vis des vaccins préventifs. Une méfiance entretenue par plusieurs polémiques très médiatisées, entre autre la campagne mal conduite contre la grippe H1N1.

Ceci dit, l’intérêt des vaccinations réside dans le fait d’éviter une dégradation de l’état de santé et de permettre aux seniors de conserver une qualité de vie optimale. La sensibilité des personnes âgées face aux infections s’explique par plusieurs critères, principalement le vieillissement du système immunitaire ; avec l’avancée en âge, le corps perd ses capacités à se défendre correctement ; de plus, le risque de pathologies cumulées fragilise largement l’organisme (diabète, maladies cardiaques, etc.).

Avec l’automne qui débute, l’immunisation contre la grippe est l’occasion de faire un bilan des vaccinations utiles avec son médecin traitant.

S’informer sur les vaccins recommandés chez les seniors

Concernant le calendrier de cette année, on note l’apparition d’une nouvelle vaccination fortement recommandée, contre la maladie du zona. Encore relativement peu connue, cette pathologie touche toutefois quelques 300 000 personnes par an. La réactivation du virus de la varicelle, provoquant des éruptions cutanées, en est la cause. Un mal douloureux qui apparaît plus fréquemment après 65 ans, et encore davantage passé 80 ans.  Les traitements sont rares, d’où l’importance du vaccin préconisé entre 65 et 74 ans.

Outre le zona, la grippe saisonnière est toujours d’actualité ; la vaccination doit avoir lieu annuellement chez les seniors à partir de 65 ans. L’État encourage ce vaccin en mettant en place sa gratuité chez les personnes à risque. La grippe peut en effet décupler les symptômes d’une maladie chronique, ou dégénérer en embolie pulmonaire.

Les vaccins habituels contre la Diphtérie, le Tétanos et la Poliomyélite feront l’objet d’un rappel à 65 ans, puis par la suite tous les dix ans. Quant à la coqueluche, la vaccination est conseillée aux grands-parents régulièrement en contact avec de jeunes enfants, surtout s’ils sont âgés de moins de 6 mois.

Non exclusive aux enfants et aux jeunes, la vaccination permet de compenser la baisse des défenses naturelles, afin d’assurer aux seniors un maximum de bien-être pour profiter de leur quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *