Sodexo et Amelis organisent le retour au domicile après hospitalisation - Le Figaro

Amelis dans le Figaro

Et si le retour à la maison se programmait dès l’hospitalisation ? Une clinique des Yvelines, en collaboration avec Sodexo, lance en novembre un service permettant d‘organiser directement le retour à domicile entre suivi médical et services à la personne.

Alors que les hôpitaux sont incités à raccourcir la durée moyenne d’hospitalisation, les professionnels de la santé commencent à plus se préoccuper de leurs patients une fois qu’ils quittent leurs murs. Le Centre hospitalier privé Europe de Port-Marly (Yvelines), associé au groupe Sodexo, s’apprête à lancer une première nationale sur ce sujet au début du mois prochain. L’idée ? Programmer très rapidement, dès l’hospitalisation, les modalités du retour à domicile du patient tant pour son suivi médical que pour les services dont il pourrait avoir besoin avant de retrouver toute son autonomie.

Une formule qui ne fait que prolonger la répartition des rôles existant au sein de cette clinique. Le groupe Vivalto, qui compte 11 établissements, gère la partie médicale tandis que Sodexo s’occupe de l’aspect « qualité de vie ». Au-delà de la restauration, cela recouvre le nettoyage des chambres et des parties communes mais également la préparation et la stérilisation des blocs opératoires ainsi que l’espace presse pour les visiteurs ou le self du personnel.

À l’extérieur, Vivalto teste déjà en Bretagne le dispositif de suivi médical à domicile Vivalto Dom. Pour l’instant, 200 patients, principalement des malades du cancer, en disposent à Rennes pour une durée moyenne de suivi de 28 jours. Quant au groupe Sodexo, il dispose d’une petite filiale de services à la personne, baptisée Amélis, active en région parisienne, lyonnaise et dans le sud de la France.

Toute la nouveauté consistera à coordonner l’activité de ces deux services et à le faire au sein même de l’hôpital. A priori, tout le monde aurait à y gagner. « C’est un soulagement colossal pour les proches et les familles », souligne Daniel Caille, PDG de Vivalto. Mais la clinique reconnaît qu’elle y trouvera aussi parfaitement son compte même si elle ne facturera pas son travail de coordination. En effet, ce dispositif permet de réduire significativement la durée d’hospitalisation puisque le dispositif de retour est déjà prêt. À Rennes, le séjour des patients en oncologie a ainsi diminué de 4,4 jours en moyenne grâce à ce système. Un marché de 150 milliards d’euros.

Quant à Sodexo, c’est une manière de prolonger sa présence dans le milieu hospitalier et de développer son activité de services à la personne (aide ménagère, portage de repas, téléalarme…). Le groupe a réalisé l’an dernier près de 570 millions d’euros de chiffre d’affaire dans le domaine de la santé en France (sur 1300 sites) et estime le marché mondial des services à la santé à 150 milliards d’euros.

Pour l’instant, l’expérience lancée à Port-Marly est en phase de test pour six mois. Mais ses promoteurs n’ont aucun doute sur son intérêt et sur une demande forte qu’ils évaluent déjà à une centaine de demandes par mois. Ils se donnent simplement du temps pour ajuster les modalités pratiques du service.

Par Jean-Bernard Litzler (Le Figaro, le 17/10/2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *