Le viager et ses alternatives

Le viager et ses alternatives : une solution pour les seniors

En France, 70% des seniors sont propriétaires de leur habitation. La plupart souhaite la conserver et éviter les établissements de santé, malgré certaines difficultés financières. Le viager est-il dans ce cas une réponse adaptée, quelles sont les autres possibilités à ce jour ? Voici un bref tour d’horizon sur le sujet.

Le viager : les mécanismes et les particularités à connaître

Un habitat est souvent synonyme de capital important. Ceci-dit, il ne génère pas de revenus et engendre au contraire des dépenses (charges, impôts fonciers, …). Le viager répond ainsi au besoin de renflouer son pouvoir d’achat et de se rassurer face aux retraites qui stagnent, aux frais de maisons de retraite ou d’aides à domicile, …

Le principe du viager est le suivant : le vendeur cède son bien immobilier, l’acquéreur versant alors une rente viagère, autrement dit une somme d’argent versée durant toute la vie du senior propriétaire. Celui-ci cède en fait la nue-propriété : l’acheteur ne disposera du bien qu’à la fin du contrat de viager.

La personne âgée peut choisir de conserver la jouissance du bien, ou recevoir un « bouquet » (capital versé immédiatement le jour de la vente).

Si le viager n’a pas toujours bonne réputation (fait de « parier » sur la mort de l’usufruitier, enfants pénalisés par ce système…), cela reste malgré tout une solution plébiscitée ; l’augmentation des revenus à vie et le maintien dans le logement sont des arguments de poids. Les retraités peuvent ainsi financer leurs services à domicile, aider leurs enfants, etc.

Des alternatives au viager pour réconcilier les générations

Quelles solutions innovantes permettent aujourd’hui de bénéficier d’avantages similaires au viager ?

  • La start-up « Monetavia » propose un équilibre pour les 2 parties : les seniors peuvent « monétiser » leur habitat tout en l’occupant ; ils ont la possibilité de récupérer immédiatement un capital de 70% de la valeur du bien, sans déshériter leurs enfants. Un dispositif qui avantage aussi l’investisseur : il connaît dès le départ le montant maximum à verser, bénéficie d’une décote sur le prix du bien et d’une assurance qui le couvre.
  • Il existe des sociétés coopératives d’intérêt collectif, proposant une offre de viager solidaire afin de financer le maintien à domicile des seniors en perte d’autonomie : la coopérative rachète des logements occupés par les bénéficiaires, ceux-ci recevant en échange une fraction du prix total du logement ainsi qu’une sorte de loyer mensuel. Lorsque la personne âgée décède, la coopérative peut revendre le bien ou le louer.

D’autres systèmes, tels que des fonds d’investissement, permettent également de contourner la solution du viager. Le secteur immobilier étant actuellement favorable et la population vieillissante, le viager est un investissement en vogue qui prend le pas sur d’autres placements, tels que l’assurance-vie. Dans tous les cas, faites appel à un spécialiste pour réfléchir à toutes ces options et prendre les meilleures décisions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *