Les seniors font bien souvent des proies faciles pour les personnes malintentionnées ; une santé déclinante, une situation d’isolement, la méconnaissance des différentes arnaques et des violences financières… Examinons le contexte des arnaques aux personnes âgées, les types d’arnaques les plus courants et les moyens qui permettent d’éviter ces escroqueries.

Les personnes âgées : des cibles d’arnaque privilégiées

Les personnes âgées vulnérables sont les premières victimes de faits délictueux, allant du vol à l’escroquerie. Par abus de faiblesse, ces arnaques affectent leur santé, leur sécurité, leurs finances et leur équilibre. Elles fragilisent aussi leur confiance en eux-mêmes.

Représentant 25% de la population française, les seniors sont vulnérables face aux abus financiers. 60% des plaintes déposées pour escroquerie ou abus de faiblesse en France le sont par des personnes âgées. Elles sont notamment victimes des deux tiers des vols avec ruse et d’un tiers des cambriolages.

Pourquoi les seniors sont-ils ciblés ? Vivant souvent seuls, socialement ou géographiquement isolés, la maladie, l’âge, la perte d’autonomie les affaiblit. Ils souffrent également d’un manque d’information. Leur vigilance est amoindrie face à des personnes créant un lien avec elles pour accaparer leur patrimoine. Accordant plus facilement leur confiance, ils font donc des cibles idéales. Des délinquants usent aussi du démarchage et de la vente à domicile pour conduire des personnes âgées à payer des biens ou services sans rapport avec leurs besoins, acquis sous la contrainte ou par harcèlement.

Arnaques aux personnes âgées : pratiques les plus répandues

L’arnaque aux grands-parents est courante et joue sur la corde sensible de la famille : l’escroc se fait passer pour un membre de la famille en difficulté. Par téléphone, email ou sur les réseaux sociaux, il réclame de l’argent en urgence.

De même, les fausses obsèques : un email annonce le décès fictif d’un proche, contenant un virus piratant l’ordinateur. Certaines entreprises de pompes funèbres peu scrupuleuses cherchent aussi à profiter de la détresse d’un senior pour surfacturer leurs services.

Les arnaques au téléphone et par email sont légion : prix gagné pour lequel il faut payer au préalable, fausses œuvres caritatives sollicitant des dons, propositions d’investissement contre fortune rapide, mises en demeure d’avocat avec pièce jointe contenant un logiciel dérobant des données sensibles (bancaires…), proposition de placement d’économies, colis gagné ou réductions…

Certaines arnaques abusent de la faiblesse des personnes âgées sous des formes variées : publicités de prestations de réparation ou dépannage parfois distribuées par des escrocs, propositions de travail à domicile contre formation payante, pharmacies sur internet vendant de faux médicaments, faux sites de rencontres, paiements par chèque frauduleux sur sites de vente, ventes forcées d’objets à domicile, dons d’argent exploitant la foi religieuse, manipulation et emprise mentale pour s’approprier les biens d’autrui, escroquerie à l’assurance….

Comment déjouer ces arnaques aux personnes âgées ?

Outre le senior vulnérable, sa famille aussi peut être concernée par ces abus de faiblesse. Mieux vaut alors s’informer auprès de proches fiables que laisser embarras et ignorance créer une situation regrettable pour tous. Acquérir les bons réflexes est impératif.

Sur Internet :

  • Poser des questions pour comprendre les mécanismes d’Internet et exprimer ses doutes à des personnes de confiance. Par exemple, paramétrer le compte bancaire en ligne avec un proche, avec des mots de passe sécurisés et non mémorisables.
  • Installer des programmes antivirus, pare-feu et anti-logiciel espion (malware).
  • Ne pas cliquer sur les liens douteux dans un email, supprimer tout email suspect et ne pas cliquer sur leurs pièces jointes.
  • Dans le cas d’un appel ou d’un email évoquant la situation difficile d’un proche, vérifier la situation auprès de la famille. Si ses coordonnées ont été usurpées, informer ce proche le plus rapidement possible.

Au domicile :

  • Mentionner son nom sur la boîte aux lettres : pas de prénom ni de statut (veuvage).
  • Equiper sa porte d’un entrebâilleur ou d’un interphone.
  • Ne pas laisser entrer d’inconnus sans s’assurer de leur qualité en demandant une carte professionnelle, même aux personnes en uniforme. S’ils refusent, ne pas les laisser entrer. En cas de doute, proposer une visite ultérieure et se renseigner auprès de l’employeur du visiteur. Si la personne est entrée, ne pas la quitter du regard, et ne jamais révéler l’emplacement de bijoux ou argent, de coordonnées bancaires, de données sensibles ou de mots de passe. Faites aussi appel à un voisin pour assister à la conversation si nécessaire.
  • Dans la rue, des réflexes basiques peuvent protéger : Emporter peu d’argent en espèces, porter le sac en bandoulière du côté opposé à la route, ne jamais accepter l’aide d’un inconnu au distributeur, etc…
Prévention arnaques aux seniors - Source ain.gouv.fr (1)
Source ain.gouv.fr

Enfin, un dispositif « Tranquillité Seniors » vise à sensibiliser aux bons réflexes. Il s’appuie sur les équipes de police, de gendarmerie et les acteurs de la vie locale et associative. Il prévoit également, lors de circonstances le justifiant, que des patrouilles soient organisées pour rassurer les seniors.

Quel recours en cas d’arnaque ?

En cas d’escroquerie bancaire, la victime doit immédiatement contacter sa banque pour tenter de faire annuler l’opération. Elle doit faire opposition sur sa carte bancaire ou à un chèque frauduleux pour éviter qu’ils ne servent à d’autres opérations. Il faut aussi confirmer l’opposition par écrit le plus rapidement possible. Pour toute autre information, vous pouvez consulter le site Assurance Banque Epargne Info Service.

Il faut également déposer plainte au commissariat de police ou en gendarmerie, même si la victime ne connaît pas le malfaiteur et que celui-ci est à l’étranger. Elle dispose alors de 6 ans pour porter plainte à partir de la remise d’un bien ou du dernier versement effectué à un escroc.

Attention : il n’est pas possible de porter plainte contre un escroc membre de sa propre famille, qu’il soit ascendant, descendant ou conjoint non séparé.

Pour tout renseignement, appeler le numéro Vert Info Escroqueries 0805 805 817. Pour éviter tout risque, faire le 17 en cas de suspicion.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *