Comprendre l'Arthrite

Comprendre l’arthrite : Symptômes, causes et traitements

Vos articulations sont parfois douloureuses ? L’arthrite peut être en cause. Existant sous plusieurs formes, cette pathologie est une affection inflammatoire qui peut toucher plusieurs articulations (mains, pieds, hanches…). Aiguë ou chronique, la maladie a des causes diverses et concerne aujourd’hui plus de 9 millions de Français. Cette maladie a souvent un lourd impact sur le quotidien : le sommeil et la qualité de vie générale sont affectés, entraînant nombre d’arrêts maladie. Comment soigner l’arthrite, quels en sont les causes et les symptômes, quelles différences avec l’arthrose… Le point complet.

Inflammation des articulations : l’arthrite comme coupable

Douleurs récurrentes aux poignets, aux genoux ou encore aux vertèbres… Cette pathologie touche différentes zones articulaires, et peut énormément compliquer les mouvements de la vie quotidienne. On distingue 3 types d’arthrite, qui touchent aussi bien les femmes que les hommes ou les personnes âgées, et même parfois les enfants (on parle d’arthrite juvénile idiopathique).

Une articulation douloureuse, enflée, chaude ou présentant une rougeur : il s’agit des caractéristiques d’une inflammation. L’arthrite se distingue également par une douleur accentuée en fin de nuit, des raideurs au réveil et un léger mieux lorsque le corps se remet en mouvement.

Il s’agit d’une pathologie très invalidante, souvent confondue avec l’arthrose. L’arthrite correspond à une inflammation des articulations, plus fréquente vers 50 ans, tandis que l’arthrose a des causes « mécaniques » (le cartilage altéré ne joue plus son rôle). Selon l’Inserm, 1 Français sur 2 est concerné par des douleurs articulaires, et 65% d’entre eux ont déjà vu leur sommeil perturbé par des épisodes douloureux.

Différences arthrose et arthrite
Différences arthrose et arthrite – source infographie : Le Figaro

Les symptômes révélateurs de l’arthrite

Les articulations les plus souvent atteintes sont les mains, les pieds, les genoux, les hanches et les vertèbres. Les symptômes de l’arthrite sont ressentis à certains moments en particulier : les douleurs inflammatoires interviennent en pleine nuit, et sont également fortes en début d’effort (à froid). Les personnes atteintes ont ainsi besoin d’une mise en route très progressive en début de matinée, pour faire passer les douleurs et raideurs.

Pour éviter la confusion avec l’arthrose, on retiendra que cette dernière ne réveille pas la nuit, et ne nécessite pas de longue remise en route des articulations au réveil. On reconnaît également l’arthrite au gonflement caractéristique de l’articulation touchée. Il existe de nombreuses formes différentes de la maladie, avec des symptômes variables. On retrouve toutefois des aspects communs, tels que des signes visibles (articulation gonflée, etc.) et des sensations (chaleur localisée, fatigue, etc.). Parmi ces indices qui permettent de mettre le doigt sur le type d’arthrite en cause, on rencontre principalement :

  • Les raideurs durables autour de plusieurs articulations au réveil,
  • Des douleurs en fin de nuit et au lever, qui s’atténuent avec le mouvement et s’accentuent en cas d’immobilité ;
  • L’activité physique soulage les articulations raides et douloureuses ;
  • Les mouvements sont moins amples ;
  • Les articulations atteintes sont enflées.

Une maladie aux multiples causes

La pathologie se développe à partir de causes diverses, par exemple un traumatisme physique, une maladie, une infection, une maladie auto-immune ou simplement l’usure naturelle des articulations. Les rhumatologues distinguent trois types d’arthrite selon leur origine :

  • L’arthrite septique : provoquée par un germe, l’infection se développe dans l’articulation ;
  • L’arthrite microcristalline : elle fait suite à la présence de microcristaux dans l’articulation ;
  • L’arthrite aseptique : sans cause infectieuse, elle peut se présenter sous différentes formes, comme la polyarthrite rhumatoïde, le rhumatisme articulaire aigu, la spondylarthrite ankylosante, l’arthrite psoriasique, etc.

La polyarthrite rhumatoïde est ainsi l’une des formes communément rencontrées : ce rhumatisme inflammatoire chronique atteint souvent les mains, les poignets et les pieds. Il s’agit d’une maladie auto-immune, dont le développement est accéléré par des dispositions génétiques et par la consommation de tabac. Elle se caractérise par un gonflement des zones touchées, ainsi que des poussées douloureuses. S’ensuivent des lésions articulaires, responsables de malformations. La « goutte » est également une forme d’arthrite fréquente, très douloureuse, due à des dépôts de cristaux d’urates dans l’articulation.

Le médecin pourra établir un diagnostic après une évaluation en consultation, complétée d’un examen clinique. Une analyse de sang et une radiographie peuvent être nécessaires, pour vérifier l’état des articulations et le stade de la maladie.

Polyarthrite rhumatoïde
Polyarthrite rhumatoïde – source infographie Le Figaro

Quels sont les traitements disponibles aujourd’hui ?

Les soins à apporter dépendront des causes, mais il faut savoir qu’aucune solution ne permet aujourd’hui de guérir complètement l’arthrite. Les médicaments permettent uniquement de soulager les symptômes inflammatoires. Un traitement aura ainsi pour but d’apaiser le patient, de maintenir le fonctionnement des articulations, d’anticiper l’invalidité et de limiter les conséquences de l’arthrite sur le reste du corps. En fonction du type d’arthrite, plusieurs options existent en curatif ou en préventif :

  • Les médicaments :

Deux catégories sont utilisées, avec tout d’abord les médicaments symptomatiques, qui diminuent les douleurs articulaires et les raideurs. Ces anti-inflammatoires ne freinent pas l’évolution de l’arthrite, mais seront complétés par un traitement de fond afin d’anticiper les poussées douloureuses, et mieux contrôler les symptômes sur le long terme.

  • La chirurgie :

Elle est envisagée pour réduire une douleur intense, retrouver l’usage normal d’une articulation, ou en cas de forte déformation. La synovectomie ou la pose de prothèse sont des exemples de chirurgie permettant de retrouver une certaine mobilité.

  • L’exercice physique :

La marche, la natation ou le cyclisme font partie des activités bénéfiques pour la souplesse des articulations, en plus de contribuer à la santé et à la qualité de vie.

  • Les médecines douces :

L’homéopathie, la physiothérapie ou encore l’ergothérapie favorisent l’autonomie du patient. Ce type de soin est un excellent complément aux traitements médicamenteux, notamment quand l’arthrite devient invalidante.

  • L’alimentation :

Basé sur les fruits et légumes de saison, sans produits de traitement, un régime alimentaire sain participera à soulager les symptômes. Les produits laitiers devront être limités, tout comme la consommation d’alcool.

L’arthrite bénéficie des récents progrès de la recherche, visant à apaiser les douleurs et contrôler durablement la maladie. Un suivi médical reste indispensable, afin que les seniors ne voient pas leur qualité de vie se dégrader avec l’évolution de la maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *