syndrome côlon irritable

Syndrome du côlon irritable : causes, symptômes & traitements

Maladie fonctionnelle et chronique, le syndrome du côlon irritable constitue un motif important de consultation chez un gastro-entérologue. Si elle demeure bénigne, elle affecte la qualité de vie des personnes qui en souffrent. Qu’est-ce que le syndrome du côlon irritable ? Quels sont ses causes, symptômes et traitements ?

Qu’est-ce que le syndrome du côlon irritable ?

Aussi appelé intestin irritable, colopathie fonctionnelle ou encore côlon spastique, il cause des douleurs et des troubles intestinaux. Le transit intestinal correspond à la contraction du côlon et de l’intestin grêle pour faire avancer les aliments et leurs résidus durant la digestion. Malgré son nom suggérant que la maladie soit limitée au côlon, l’intestin grêle est aussi en cause. S’ils se contractent trop rapidement ou trop lentement, ils entraînent des douleurs intestinales, des diarrhées, une constipation, parfois les 2 et des ballonnements après les repas. 

La maladie ne cause pas d’inflammation et n’augmente pas le risque de cancer colorectal, de maladie de Cröhn ou de rectocolite hémorragique. Considéré comme un trouble fonctionnel bénin, le syndrome de l’intestin irritable peut toutefois être très incommodant, provoquant douleurs chroniques, anxiété ou dépression au détriment de la qualité de vie et l’image de soi. 

9 millions de français en souffrent, l’intestin irritable apparaissant le plus souvent entre 30 et 40 ans, mais également à la sortie de l’adolescence. Les femmes en souffrent 3 fois plus que les hommes en Europe et en Amérique du Nord, et il affecte entre 10 à 15 % de la population des pays occidentaux. (1)

Quels sont les symptômes du syndrome du côlon irritable ?

Ils varient selon les personnes, mais les plus communs sont de 3 types :

  • la douleur abdominale se manifeste sous la forme de spasme, sensation de torsion, ou de brûlure. Son intensité varie selon les personnes, et dure plusieurs heures ou plusieurs jours, parfois après le réveil, mais pas la nuit ;
  • les ballonnements abdominaux, généralement plusieurs heures après les repas. La tension abdominale est parfois permanente, avec un grand inconfort. Aller à la selle ou expulser des gaz intestinaux soulage mais peut aussi aggraver les difficultés ;
  • les troubles du transit intestinal : une constipation, la diarrhée, qui définissent le type de syndrome selon que le patient subisse l’une ou l’autre, ou une forme mixte.

On parle de syndrome du côlon irritable lorsque les symptômes persistent au minimum durant une journée par semaine sur les 3 derniers mois. Il y a également alternance de crises auxquelles succèdent des périodes de calme.

Certains autres signes accompagnent la colopathie fonctionnelle : la fatigue, des maux de tête, d’autres troubles gastro-intestinaux comme la difficulté à digérer (dyspepsie), le reflux gastrique, la cystite à urines claires (inflammation de la vessie)…

symptômes syndrome du côlon irritable
Symptômes syndrome du côlon irritable – source : creapharma.ch

Quelles sont les causes de l’intestin irritable ?

C’est une affection multifactorielle peu connue. Mais différents facteurs semblent être en cause :

  • une sensibilité plus forte du système digestif, supposant des communications nerveuses défaillantes et influençant la perception de la douleur, notamment chez les femmes ;
  • une flore intestinale, ou microbiote, déséquilibrée (dysbiose) ;
  • le stress, l’anxiété, la dépression causés par des événements traumatisants ;
  • la gastro-entérite peut être un événement déclencheur. Dans 15 à 20 % des cas, un intestin irritable apparaît après une infection intestinale, virale ou bactérienne ; 
  • les repas trop caloriques ou trop riches en graisses ;

Certains aliments spécifiques comme les blés, les produits laitiers, le café, les fruits à noyau… Riches en glucides, ils sont mal tolérés car ils fermentent dans l’intestin via des bactéries causant les ballonnements. Peuvent également être en cause certaines maladies comme la fibromyalgie qui est caractérisée par des douleurs persistantes ou la dyspepsie qui rend la digestion malaisée.

causes de l'intestin irritable
Causes de l’intestin irritable – source : creapharma.ch

Quels sont les traitements du syndrome de l’intestin irritable ?

En l’absence d’un règlement définitif du problème, les traitements visent à diminuer la douleur et traiter l’inconfort. Il reste difficile à diagnostiquer. On exclut d’abord l’intolérance à certains aliments, on suit quelques conseils d’hygiène et d’adaptation de son alimentation, enfin on prescrit certains médicaments ou autres méthodes pour soulager le trouble.

Le régime alimentaire

  • fractionner ses repas en petites portions en journée et dormir au minimum 7 heures par nuit ;
  • manger des repas moins copieux, mieux mastiquer, manger lentement et sans faire autre chose ;
  • boire en quantité modérée mais fréquemment ;
  • rechercher les aliments posant problème et les bannir, éviter les repas épicés, gras ou trop sucrés ;
  • limiter les FODMAPs, ces glucides qui fermentent plus car difficilement absorbés par l’intestin, causant des gaz intestinaux. Ce sont le lactose, les sucres du blé, de l’orge et du seigle, de certains légumes comme les choux ou les poireaux, certains fruits, les haricots, les sucres ajoutés dans les plats industriels ;

En cas de diarrhées, il est important d’éviter ce qui provoque ballonnements et selles molles comme les produits laitiers, boissons gazeuses, farines et pâtes. En cas de constipation, il est nécessaire d’augmenter l’apport en fibres par des céréales complètes, des légumes et fruits non épluchés.

Les médicaments

  • les antispasmodiques calment les contractions involontaires de la zone abdominale et soulagent les douleurs des ballonnements ;
  • les laxatifs ou les antidiarrhéiques ;
  • les probiotiques sont des bactéries permettant le développement d’autres bactéries nécessaires à un fonctionnement sain de l’intestin. Ils peuvent être efficaces en traitement d’appoint ;
  • certains antidépresseurs agissant sur la douleur quand elle est trop forte.

Les autres traitements

  • l’hypnose réduit l’anxiété, surtout quand les traitements médicamenteux ne soulagent pas suffisamment ;
  • le suivi psychologique via une thérapie quand l’impact de l’intestin irritable est important sur la vie sociale et personnelle du patient ;
  • une source de chaleur appliquée sur la zone sensible détend et aide à gérer l’inconfort ;
  • la pratique d’une activité physique diminue le niveau de stress et favorise le transit intestinal.

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *