Un auxiliaire de vie s'occupe d'une personne âgée, pour laisser du répit à l'aidant familial

Comment s’occuper d’un proche âgé pendant les vacances ?

Prendre des vacances pour un aidant est souvent source d’inquiétudes : culpabilité, sentiment d’abandon, etc. Pourtant, différentes solutions existent pour s’occuper d’un proche âgé pendant les vacances. Voici un tour d’horizon des différentes options possibles, afin de pouvoir partir l’esprit tranquille.

Les vacances : un répit nécessaire pour l’aidant

L’aidant est une personne qui vient en aide à une personne dépendante ou handicapée, pour l’aider à effectuer des actes essentiels de la vie quotidienne. Il est professionnel ou non, et peut être un membre de la famille ou de l’entourage de la personne dont il s’occupe.

S’occuper à temps plein de son proche âgé ou dépendant est souvent une lourde responsabilité. Source de :

  • stress ;
  • fatigue ;
  • ou de dépression, pouvant mener au burn-out.

Les aidants endossent ce rôle exigeant en plus de leur activité professionnelle et de leur vie familiale. Ces responsabilités sont difficiles à cumuler et peuvent les conduire à minimiser leurs propres besoins jusqu’à l’épuisement.

Un aidant peut avoir lui aussi besoin d’aide dans son rôle, afin de :

  • se reposer ;
  • prendre soin de lui ;
  • et retrouver une énergie suffisante.

Demander un répit pour partir en vacances est conseillé. Prendre soin de soi est nécessaire pour être capable de s’occuper à bien d’une personne fragile. Durant ce répit, des aides et des solutions existent pour que le proche âgé puisse continuer de recevoir toute l’attention nécessaire. Celles-ci revêtent différentes formes selon la situation et les besoins de la personne aidée.

Infographie présentant les difficultés et le type d'aide apportés par l'aidant familial à son proche âgé
Difficultés et aides apportés par les aidants / Source : Baromètre des aidants de la Fondation APRIL

Les solutions pour s’occuper d’un proche âgé pendant les vacances

Plusieurs options existent pour que l’aidant puisse partir en vacances en toute sérénité. Par exemple :

  • L’accueil de jour

Il est temporaire et vise :

  • à s’occuper de personnes dépendantes qui vivent à domicile ;
  • à se substituer à l’aidant ayant pris du répit ;
  • ou à gérer une urgence d’hébergement.

Les personnes âgées passent la journée ou la demi-journée dans des locaux dédiés. Elles peuvent y passer une ou plusieurs journées par semaine, durant plusieurs semaines. Des activités et des sorties sont proposées aux personnes qui le souhaitent. L’accueil de jour lutte contre la solitude et l’isolement. Il peut être lié à un établissement d’accueil permanent et il est géré par un personnel pluridisciplinaire.

Certains accueils de jour sont spécifiques à des pathologies comme la maladie d’Alzheimer et bénéficient de l’appui d’équipes formées.

  • L’accueil de nuit

Les personnes vivant à domicile ayant besoin d’une assistance la nuit auront recours à l’accueil de nuit. Cet hébergement temporaire en maison de retraite ou en EHPAD peut couvrir la période du dîner au petit-déjeuner et peut durer de quelques nuits à plusieurs semaines.

  • L’hébergement temporaire

Cette solution permet de répondre à différents besoins comme pallier l’absence de l’aidant en vacances ou absent. Il est possible la nuit, le weekend, de quelques jours à plusieurs semaines. Limité à 90 jours par an, il peut être ponctuel, régulier ou non, sur des périodes plus ou moins longues.

Il s’effectue en établissement spécialisé mais aussi chez des accueillants familiaux.

  • La famille d’accueil

Des familles agréées auprès du conseil départemental accueillent des personnes âgées non lourdement dépendantes. Ce dispositif fait l’objet d’un contrat et d’une rémunération de l’accueillant familial qui n’a pas de lien de parenté avec la personne accueillie. La personne âgée peut prétendre à une aide sociale et fiscale pour en bénéficier.

  • L’aide à domicile

Un auxiliaire de vie remplace l’aidant qui est en vacances, il intervient la journée et la nuit afin d’assister la personne dépendante dans ses actes quotidiens, notamment :

Il lui propose sa compagnie (participation à des jeux, lecture, promenade…) et réalise les tâches ménagères pour garder son lieu de vie propre durant les vacances de l’aidant. Ce service peut être continu ou à différents moments de la journée.

  • La garde itinérante de nuit

Accessible de 19h à 6h du matin, elle veille au déroulement normal de la nuit, avec :

  • une présence rassurante et un soutien psychologique ;
  • des visites programmées si nécessaires ;
  • la possibilité de prodiguer des soins et d’assister au coucher et au lever.

Elle est complétée par une téléassistance, permettant une intervention rapide si besoin. Les nouvelles technologies comme la domotique peuvent présenter un intérêt pour la communication et le confort de la personne âgée, la surveillance de sa santé et de sa sécurité.

Partir ensemble est également possible, grâce aux vacances aidant aidé

La culpabilité pèse lourd dans la décision de prendre quelques jours de vacances. Mais l’aidant peut aussi partir avec son proche dépendant s’il le souhaite.

Certaines maisons de retraite ont développé des séjours de vacances accueillant les aidants. Les personnes dépendantes sont prises en charge par l’équipe habituelle de la maison de retraite afin que l’aidant puisse profiter de son répit. Les caisses de retraite ont aussi développé des villages de vacances spécialisés.

L’ANCV (Agence Nationale pour les Chèques Vacances) a créé un programme Seniors en Vacances accueillant aidants et aidés dans des séjours de répit partout en France. Conçus pour que tous profitent de ce temps de repos, les aidants peuvent confier les aidés à des animateurs et au personnel médico-social. Le temps de ce séjour, l’aidant peut alors se reposer et se ressourcer en pratiquant des activités sans culpabiliser, tout en restant à proximité de son proche et en cédant la main aux professionnels de santé.

Des associations partenaires de l’ANCV comme :

  • VRF ;
  • SIEL BLEU ;
  • Vacances Ouvertes ;
  • et Int’Act organisent aussi des séjours de répit.

Des aides sous conditions de ressources, fournies par les communes et des caisses de retraite, peuvent y être allouées.

Enfin, l’association France Alzheimer a créé les Séjours Vacances – Répit Alzheimer. Entre avril et octobre, les aidants s’appuient sur des bénévoles formés et du personnel médical qui prennent le relai. Son coût est ajusté aux ressources des familles, et des aides peuvent aussi être obtenues pour financer ce séjour auprès :

  • des services sociaux des mairies ;
  • de la CNAV ;
  • ou de l’ANCV.

2 Commentaires

  • Bonjour, je suis à la recherche d’une solution d’accompagnement temporaire d’une personne âgée autonome pendant quelques semaines cet été. Quelles solutions pouvez-vous proposer (promenades, sorties culturelles) et à quelles conditions ?
    Merci et bien cordialement

    • Bonjour Mr Merdjan, merci pour votre message. Nous proposons effectivement ces prestations quel que soit la durée d’intervention. Je vous invite à nous contacter en cliquant sur le lien suivant “Contacter Amelis” pour que nous puissions évaluer gratuitement vos besoins. Vous trouverez également sur notre site la localisation de toutes nos agences.
      Cordialement
      L’Equipe Amelis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *