Une étude menée à l’Université de Toronto* révèle que pratiquer une activité stimulant le cerveau tout au long de sa vie permet d’en améliorer les capacités. Le jeu fait partie de ces activités : il socialise et évite de tomber dans l’isolement. Il aurait notamment des effets bénéfiques pour retarder et même lutter contre la maladie d’Alzheimer. Voyons quels sont les bienfaits des jeux pour les personnes âgées, notamment en stimulation cognitive.

Jeux pour les personnes âgées : de nombreux bienfaits

Le jeu est accessible à tous, quel que soit l’âge. Sa dimension interactive est bénéfique pour tout le monde. Il suffit de regarder des enfants pour se rendre compte que le jeu permet de s’intégrer dans un groupe. Ils apprennent à vivre et à grandir ensemble autour de tables de jeux. Il en va de même pour les seniors souffrant de solitude. Jouer est ainsi un excellent moyen de socialiser, que l’on soit petit ou grand, jeune ou âgé.

Jouer entraîne une stimulation cérébrale et des échanges favorisant l’ouverture aux autres. Il est source de plaisir et contribue à l’entretien des fonctions cognitives. En conséquence, des actions sont menées envers les personnes âgées pour entretenir la santé et le lien social autour du jeu.

C’est le cas des certaines CCAS (caisses centrales d’activités sociales) dans la lutte contre l’isolement des personnes âgées. Conscientes des possibilités offertes par les jeux en stimulation cognitive et sur le plan relationnel, elles organisent des ateliers autour des jeux pour entretenir le lien social entre les seniors qui y participent et avec les bénévoles qui les animent. Leur objectif est de renforcer les capacités cognitives des personnes âgées tout en les divertissant grâce au jeu.

Jeux et stimulation cognitive

Le cerveau fonctionne comme un muscle : il a besoin d’être sollicité et entrainé. Une étude de l’INSERM montre les bienfaits de la pratique de loisirs sollicitant notre cerveau au moins deux fois par semaine. En entretenant nos capacités cérébrales, nous sommes moins susceptibles de développer certaines maladies comme Alzheimer. Le jeu devient alors un outil de prévention et de thérapie. Dans ce cas précis, en plus de travailler la mémoire, l’attention et la concentration, le jeu demande de s’exprimer verbalement. On recommandera aussi des jeux impliquant les sens comme l’odorat, l’ouïe et le toucher via la manipulation d’objets.

La mémoire, la logique, la réflexion, la concentration et la réflexion peuvent être travaillés via des jeux de stratégie et d’adaptation. Cartes, échecs, dames, Scrabble, Loto, mots-croisés et sudoku divertissent, font appel à des règles précises, voire présentent des niveaux de difficulté provoquant une envie de dépasser ses capacités.

Sur le modèle des quizz comme le Trivial Pursuit, les jeux télévisés font appel à la mémoire et aux acquis de culture générale.

Enfin, n’oublions pas les jeux reposant sur une activité physique modérée pour stimuler la motricité, l’adresse et la rapidité : quilles, mini-golf, boules et pétanque.

Presque tous ces jeux auxquels les personnes âgées peuvent s’adonner présentent bien sûr l’avantage de pouvoir être pratiqués en famille, à domicile et en maison de retraite.

Quels jeux pour quels bienfaits ?

Voici des jeux pour personnes âgées entretenant les capacités mentales ou physiques, cultivant le lien social ou ayant un effet thérapeutique contre certaines maladies neurologiques :

  • Les jeux de société classiques renforcent le lien social : cartes, dominos, échecs et dames, Scrabble ou encore Loto et Bingo sont joués à plusieurs. Ils supposent de communiquer avec les autres joueurs et d’observer leur comportement et leurs actes, de suivre une stratégie et de réagir rapidement à une nouvelle situation en prenant des décisions. Ils cultivent l’envie de gagner et d’en ressentir une satisfaction, tout en étant conviviaux.
  • Les jeux de cartes, prisés des personnes âgées, demandent concentration, observation, rapidité, sollicitent la mémoire et la prise de décision. Par exemple, le bridge est un des jeux de cartes les plus complexes. Multi-facettes, il fait plus travailler le cerveau que les mots-croisés ou les échecs. Joué en équipe, c’est un jeu convivial et dans lequel il faut être solidaire. Il cultive le lien social et les capacités relationnelles.
  • Le mémory exige concentration, sens de l’observation et mémoire : la règle est de retrouver des cartes identiques parmi un jeu en retournant les cartes. Ce jeu existe en lots de cartes visuelles de grande taille pour aider les personnes âgées atteintes de troubles cognitifs et éprouvant des difficultés visuelles à repérer les paires identiques.

  • Les jeux de manipulation font appel à la dextérité, la minutie et la précision : préhension, coordination, vision, placement de pièces dans l’espace, vision et logique… Jeux de construction et mikado en font partie. Ils sont souvent en bois et de couleur, recommandés aux personnes souffrant de leurs mains et leurs doigts. Ils peuvent être utilisés en thérapie.

  • Puzzles et autres casses têtes entraînent la mémoire, le goût du challenge et la résistance à la frustration, encouragent le test et la pédagogie. On peut y jouer à plusieurs, développant communication et entraide. Certains sont conçus pour les personnes âgées avec des pièces plus grandes, faciles à manipuler et plus voyantes. Ils peuvent être utilisés dans le cas de troubles cognitifs.
  • Les jeux vidéo, et notamment les « serious games », freinent l’évolution des pathologies neurodégénératives en stimulant la mémoire, le raisonnement, l’attention, la prise de décision, etc… Ils limitent le vieillissement du cerveau et la perte des capacités cognitives, réduisant ainsi les risques de démence.

Effets bénéfiques des jeux vidéo

Nombre de ces jeux sont donc bénéfiques aux malades d’Alzheimer, en plus d’entretenir le lien social. Ils supposent de se souvenir de gestes, d’actions et leurs conséquences. Ils font travailler la mémoire récente, le sens de l’observation et de l’anticipation, prévenant ainsi la maladie et favorisant le bien-être et le bien vieillir.

Sources

*Futura Sciences : Entraîner son cerveau pour lutter contre les démences
*Canadian Medical Association Journal : Preventing cognitive decline in healthy older adults

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *