troubles cognitifs

Troubles cognitifs : quand s’en inquiéter ?

Un trouble cognitif peut avoir diverses causes : vieillissement, traumatisme cérébral, maladie, etc. Lorsqu’elle est liée à l’âge, cette dégradation des capacités reste le plus souvent modérée et n’évolue pas fatalement vers la démence. Voici les principaux points à connaître pour permettre aux personnes âgées de comprendre et d’agir sur les troubles cognitifs.

Troubles cognitifs, de quoi s’agit-il ?

Ils se caractérisent par une altération des fonctions cérébrales, en particulier la mémoire. Les symptômes sont très variables, selon la zone du cerveau atteinte. Les troubles cognitifs ne sont pas forcément synonymes de baisse des capacités intellectuelles : les personnes touchées ont plutôt tendance à oublier leur numéro de téléphone ou le nom d’une personne, à perdre des objets, à mal s’organiser, etc.

Ces troubles impactent d’abord la vitesse de traitement des informations : le cerveau réagit moins rapidement. Parfois sans s’en rendre compte, la personne peut mettre davantage de temps à réaliser certaines actions. Dans un second temps peuvent apparaître des troubles de la mémoire, principalement concernant le souvenir d’évènements personnels, comme des lieux ou des émotions.

Il est important d’identifier les symptômes des troubles cognitifs légers, dans le but d’éviter une évolution vers une pathologie plus grave.

Du vieillissement normal à la maladie d’Alzheimer

En vieillissant, l’organisme devient moins efficace car les cellules ne se régénèrent plus de la même façon. Les personnes âgées remarquent habituellement un ralentissement psychomoteur (mouvements plus lents, moins souples). De même pour le cerveau, qui aura plus de difficultés à effectuer des tâches complexes. Tous ces signes sont normaux et ne doivent pas inquiéter outre mesure.

Le trouble cognitif léger, quant à lui, se manifeste par une baisse de mémoire, mais le senior reste tout à fait autonome au quotidien. Les personnes atteintes d’un déclin cognitif léger présentent toutefois davantage de risques de développer la maladie d’Alzheimer, forme de démence la plus connue dans nos sociétés.

Une démence est un trouble qui apparaît progressivement, dégradant la mémoire et le comportement général. Ces dysfonctionnements s’accompagnent souvent de troubles psychologiques, en premier lieu la dépression.

Il ne faut pas confondre ces différents états. Malgré l’anxiété fréquente des personnes âgées quant à leur santé, il faut garder à l’esprit qu’il est normal de faire des oublis, quel que soit l’âge. On y prendra garde s’ils deviennent trop fréquents, et commencent à compliquer la vie quotidienne.

Connaître les terrains favorables aux troubles cognitifs

AVC / Traumatismes crâniens

Les troubles cognitifs proviennent d’un dommage cérébral, ayant entraîné des séquelles durables. On retient principalement le traumatisme crânien et l’AVC, une défaillance de la circulation du sang qui peut affecter en partie le cerveau.

Sclérose en plaques (SEP)

La SEP peut s’accompagner de troubles cognitifs : les personnes atteintes se plaignent parfois de leur mémoire, ou de difficultés dans certaines activités. S’il peut s’agir de symptômes liés à la SEP, (fatigue, tendance dépressive, etc.), ces signes peuvent également traduire l’apparition de troubles cognitifs.

Maladie d’Alzheimer

On distingue 3 phases évolutives :

  • La première : la phase prédémentielle, correspondant à l’apparition des premiers symptômes. Les personnes sont autonomes au quotidien, avec toutefois un déficit au niveau de la mémoire.
  • La seconde : la phase démentielle où l’autonomie est clairement diminuée pour les gestes essentiels de tous les jours.
  • La dernière : la phase de démence sévère, stade auquel la perte d’autonomie est complète. Aux troubles cognitifs viennent souvent s’ajouter des troubles comportementaux (agitation ou apathie, hallucinations) ou neurologiques (épilepsie). Plusieurs années séparent les premiers signes de la maladie du stade ultime.

Troubles alimentaires ou dénutrition

Il est prouvé que les personnes anorexiques, boulimiques ou sujet à la dénutrition peuvent présenter des difficultés au niveau des prises de décision et de la mémoire, avec des fonctions cognitives altérées.

Dépression chez le sujet âgé

Chez le senior, les troubles cognitifs et la dépression vont souvent de pair. Les personnes âgées sont régulièrement confrontées à des pertes et des bouleversements (décès d’un proche, hospitalisation, etc.), parfois difficiles à gérer. C’est pourquoi il est utile de ne pas réduire les oublis à une perte de capacité chez les seniors, mais à envisager également l’aspect psychique, pour mieux comprendre les causes du déficit cognitif.

Prévention et prise en charge : quelles solutions ?

Hygiène de vie et stimulation de la mémoire

Comme l’ont démontré différentes études, le déclin cognitif peut être prévenu en agissant sur certains facteurs : prise en charge du stress, de la dépression, et globalement de toutes maladies chroniques, qui augmentent les risques de troubles cognitifs. L’hygiène de vie est également primordiale. Activité physique suffisante, alimentation adaptée et équilibrée, vie sociale enrichissante, activités culturelles et intellectuelles sont les principales pistes à explorer.

Méditation

La méditation de pleine conscience aurait un impact positif sur les fonctions cognitives. La façon de respirer affecte en effet directement la chimie du cerveau, et peut contribuer à améliorer la santé cérébrale. Il est possible de développer des capacités de concentration, ou encore de susciter des émotions positives.

Traitements existants

La prise en charge des troubles cognitifs se résume en un traitement médicamenteux, combiné à une thérapie. Les cas de démence réversible existent, quand le trouble provient d’un déséquilibre alimentaire, d’une dépression ou encore d’une infection. De bonnes raisons pour les personnes âgées de ne pas être défaitistes, car le choix d’un mode de vie plus sain et d’activités plaisantes ont une grande influence sur les capacités mentales. Pour cela, des aides extérieures telles qu’une aide à domicile régulière peuvent aider les personnes âgées à retrouver un bon rythme de vie et de surveiller leur santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *