Photo du corps d'une personne âgée souffrant de dénutrition

Dénutrition de la personne âgée : quelles solutions ?

La dénutrition de la personne âgée concerne une personne sur 10 vivant à domicile. Très fréquente à l’hôpital, elle affecte un patient âgé sur 2. Si les signes sont faciles à repérer, il faut agir rapidement pour stopper la dégradation de sa santé physique et morale. Il existe des solutions pour l’aider à remonter la pente.

Définition de la dénutrition de la personne âgée

La dénutrition correspond à un déséquilibre entre les besoins et les apports nutritionnels, affaiblissant la personne. Les seniors mangeant moins, ils perdent leur énergie, souffrent de carences et sont sujets aux infections. La perte de poids fragilise leur équilibre : ils chutent plus facilement. Un cercle vicieux s’ensuit, affectant la mobilité et l’autonomie.

Pourquoi les personnes âgées sont-elles concernées ?

En 2020, 400 000 personnes vivant à domicile et 270 000 en EHPAD étaient dénutries, entraînant l’hospitalisation de 40 % d’entre elles (1). 

Les besoins nutritionnels des personnes âgées ne sont pas moindres : l’apport quotidien en protéines doit être de 1,2 à 1,5 calorie par kg, et 30 calories quotidiennes par kg. L’alimentation doit alors être enrichie en protéines pour lutter contre la fonte des muscles. 

Les sensations de faim et de soif diminuent avec l’âge. Les proches et les aidants doivent en être conscients. La digestion ralentit, le goût et l’odorat, déclenchant l’appétit, sont moins aiguisés (anosmie et agueusie). 

Plusieurs éléments de contexte social, psychologique et sanitaire peuvent affecter la capacité des seniors à s’alimenter correctement : 

  • des difficultés financières ; 
  • la solitude pouvant causer un isolement ou une dépression, ainsi que l’idée selon laquelle vivre seul n’incite pas à prendre de vrais repas ;
  • l’effort de préparation des repas et des courses ; 
  • des pathologies lourdes ; 
  • des traitements médicaux avec effet secondaire sur l’appétit ; 
  • des troubles digestifs ou des problèmes dentaires ;
  • un manque d’activité physique diminuant la sensation de faim ;
  • un régime imposé en raison d’une maladie chronique ;
  • les suites d’une intervention chirurgicale et des complications.

La prise en charge des personnes dénutries consiste à apporter une aide humaine et matérielle adaptée et à établir un objectif nutritionnel sur la durée.

Comment détecter la dénutrition chez une personne âgée ?

Le médecin traitant de la personne âgée présentant des signes de dénutrition doit être immédiatement averti pour pratiquer des examens et dépister une maladie grave ou traiter une dépression. Il fera aussi intervenir un nutritionniste. L’évaluation de l’état nutritionnel des seniors doit avoir lieu une fois par an à domicile et chaque mois en établissement de santé.

Le signe le plus évident est la perte de poids avec fonte de masse musculaire (sarcopénie). Ses vêtements sont soudain trop grands : le seuil d’alarme est un amaigrissement de 5 à 10 % en quelques mois, et son indice de masse corporelle est inférieur à 22 kg/m². Attention, une personne obèse peut être dénutrie.

L’observation de la personne durant les repas donne également des indices :

  • quantité,
  • nature des aliments,
  • intérêt pour la nourriture,
  • oubli de repas…

Les troubles de la digestion peuvent l’incommoder. Si les quantités ont drastiquement baissé et que le manque d’appétit se répète à tous les repas durant plus d’une semaine, elle est en danger de dénutrition.

Une moins bonne immunité avec des infections à répétition, des difficultés à cicatriser ou des escarres sont un signe que le corps ne se répare plus. L’incapacité à faire un effort modéré, causée par un manque d’activité physique, une force et une énergie moindre peuvent aussi indiquer la dénutrition. Enfin, la dépression se manifeste souvent par des troubles de l’alimentation.

Un bilan de santé met en évidence des carences comme le manque d’albumine, exigeant un apport en suppléments :

  • de protéines,
  • vitamines,
  • et minéraux (vitamines B, C et D, fer, magnésium, calcium, oméga 3…), prescrits par un médecin.

Le contrôle de l’état de santé doit être régulier et fréquent : tant qu’elle n’a pas repris de poids, que son IMC reste anormal et ses muscles faibles et atones, la personne âgée dénutrie reste en danger, même si elle mange mieux et plus. 

Conséquences de la dénutrition

Les conséquences de la dénutrition sur un patient âgé peuvent être fatales. Elle cause un affaiblissement physique et moral, avec une fatigue intense rendant les actes de la vie quotidienne difficiles et un état dépressif. La résistance s’émousse et l’appétit faiblit encore, provoquant un cercle vicieux. La conséquence la plus grave est que la dénutrition augmente la morbidité : toute fracture est beaucoup plus grave sur une personne âgée dénutrie.

Infographie présentant les conséquences de la dénutrition chez la personne âgée
Quelles sont les conséquences de la dénutrition chez une personne âgée ? / Source : Collectif de lutte contre la dénutrition

Comment la prévenir ?

Il faut agir vite dès que les signes sont apparents car une personne âgée reprend difficilement le poids perdu. Il est important de la peser régulièrement pour surveiller tout amaigrissement inexpliqué, symptôme possible d’une maladie. Si on constate un état dépressif, il est urgent de le traiter.

Il est primordial d’inciter le senior dénutri à manger grâce à quelques astuces :

  • varier ses plats selon ses goûts pour stimuler son intérêt ; 
  • les enrichir avec des produits laitiers et des sources de protéines : poisson, lentilles, pois, fèves, haricots, soja, céréales, amandes, noix, noisettes. Penser aux aromates relevant le goût des plats ;
  • faciliter la prise des aliments avec des textures modifiées (liquides, purées, hachées…), ou sans couverts et directement à la main (manger-main) pour être autonome ;
  • régler les problèmes de mastication, de digestion, d’absorption et de constipation qui augmentent son inconfort ;
  • prévoir des en-cas facilement accessibles à tout moment ; 
  • entretenir le plaisir de la table en faisant des repas un moment agréable dans la journée avec un rituel ; 
  • organiser la livraison des repas et l’aide à leur prise régulière. 

Dans les cas sévères, on passe à la nutrition entérale par une sonde digestive, ou parentérale avec la pose d’un cathéter dans une veine.

Enfin, l’activité physique modérée comme une promenade régulière au grand air peut être une solution, car elle permet :

  • de faire travailler ses muscles,
  • aiguise la faim,
  • et aide à surmonter un état dépressif. La fatigue physique provoque un meilleur sommeil, renforçant la résistance.

La dénutrition affectant particulièrement les seniors, elle influence fortement la qualité et la durée de leur vie. Pour assurer un maintien durable du senior à domicile dans de bonnes conditions, il faut veiller régulièrement sur sa santé physique et psychologique, passant par son alimentation. 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.