Colocation intergénérationnelle

Colocation intergénérationnelle : une solution solidaire qui plaît

Faciliter le maintien à domicile des seniors, tout en comblant le manque de logements abordables pour les étudiants : la colocation intergénérationnelle fait des adeptes. Avantageuse pour tous, cette forme de colocation est un engagement avec des droits et des obligations, mais également une expérience humaine souvent très enrichissante. Le point sur un système en fort développement.

La colocation intergénérationnelle, solution en plein essor

La colocation intergénérationnelle se fait entre une personne âgée et un jeune, étudiant ou travailleur. Les grandes agglomérations universitaires sont particulièrement concernées par ce phénomène, qui vise à la fois à réduire la solitude des personnes âgées et à permettre aux jeunes de se loger à moindre coût. La chambre mise à disposition par le senior peut être gratuite, contre certains services (être présent à des horaires définis, faire la cuisine, assurer des soins, etc.), ou payante en échange d’une aide plus occasionnelle.

Ce type de colocation implique donc des efforts d’adaptation, d’un côté comme de l’autre. La cohabitation entre deux générations très différentes demande un minimum de communication et des règles claires, afin que les attentes de chacun soient respectées. A partir de là, les discussions, échanges, partages de repas et autres moments en commun permettent de mieux se connaître et de renforcer la relation de départ.


Il s’agit ainsi d’une colocation véritablement solidaire, différente d’un service spécialisé à la personne mais qui répond à un besoin actuel bien réel. Ainsi, une quarantaine d’associations œuvrent à ce jour en France pour encadrer ce type de colocation. Elles permettent aux seniors de prendre contact pour parler de leurs besoins, et établir un contrat en accord avec leurs attentes.

Coopération entre générations : une manière de répondre aux besoins actuels

Aujourd’hui, il est compliqué pour un jeune d’accéder à un logement et ceux-ci s’orientent souvent vers la colocation. En parallèle, les aînés veulent majoritairement vivre à domicile malgré la dépendance, mais ont parfois du mal à financer les aménagements nécessaires. En tant que réponse viable à ces contraintes, la cohabitation intergénérationnelle gagne donc à se faire connaître : bénéfique pour la société, elle permet de retarder les effets de la dépendance, de limiter les coûts liés à la santé, de contribuer au bien-être de tous, de pallier à la sous-occupation des logements, etc.

Des associations mettent ainsi en relation des jeunes à la recherche d’un logement et des personnes âgées proposant une chambre. Il est attendu de la part des étudiants une présence bienveillante, un partage des tâches, ou d’autres services selon les besoins de l’hôte, qui définit s’il y a ou non une participation financière. Il s’agit au final d’un échange de bons procédés. Depuis 2005, le Réseau-CoSI rassemble les différentes associations travaillant à la cohabitation intergénérationnelle : grâce à des critères rigoureux au départ, quelques 3000 colocataires ont ainsi pu s’entraider. Une tendance aujourd’hui en augmentation, dû au fait que ce dispositif correspond à un besoin qui s’amplifie.

Quels avantages par rapport à d’autres formes de colocation ?

Cette nouvelle forme d’habitat, privilégiant le dialogue entre générations, offre aux seniors un certain nombre de bénéfices, parmi lesquels :

  • Partager et échanger avec une personne active,
  • Bénéficier selon les cas d’un revenu supplémentaire.

Du côté de l’étudiant, les avantages sont au moins aussi nombreux :

  • Un logement au prix réduit, proche du lieu d’étude et limitant les temps de transport,
  • Un lieu au calme et adapté aux besoins d’un étudiant,
  • Davantage d’espace disponible qu’en louant seul un logement,
  • Une ambiance apaisante, conviviale, favorisant l’entraide et la coopération.

Trois formes de colocations intergénérationnelles existent aujourd’hui, afin de répondre concrètement aux besoins de tous. L’hébergement gratuit est plébiscité : en contrepartie de sa chambre privée et des pièces communes de l’habitat, l’étudiant assure par exemple une présence en soirée et aide la personne âgée dans certaines tâches. Vient ensuite la formule de colocation avec chambre à loyer modéré, où l’étudiant accompagnera simplement le senior dans quelques tâches préalablement définies. Quant à la colocation à loyer classique, le colocataire est 100% indépendant et dispose de sa chambre individuelle.

La colocation intergénérationnelle, une alternative riche en expériences

Cette solution est basée sur les services et l’échange : beaucoup de seniors n’y ont pas recours pour des questions d’argent, mais parce qu’ils ont besoin d’une aide ponctuelle et refusent un quotidien trop médicalisé. L’organisation adoptée est primordiale : chacun des colocataires doit respecter l’indépendance de l’autre tout en s’acquittant de ses devoirs. Savoir se montrer arrangeant est ici une qualité certaine. Lors de tensions entre le senior et l’étudiant hébergé, l’association peut jouer le rôle d’intermédiaire afin d’apporter des solutions.

La colocation intergénérationnelle s’assimile à une leçon de vie : là où de nombreuses personnes se focalisent sur le fossé entre les générations, cette expérience permet de voir au-delà des idées reçues et autres aprioris réducteurs. Le succès d’une cohabitation intergénérationnelle tient ainsi beaucoup à la communication, aux capacités à s’adapter et à l’envie de comprendre l’autre.

Face aux problèmes d’accès au logement, la colocation entre générations est aujourd’hui une vraie innovation, qui participe aussi au renforcement du lien social, à l’échange d’expériences et aux partages d’idées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *