Une équipe de jeunes retraités s'est retrouvé pour effectuer du bénévolat.

Pourquoi faire du bénévolat quand on est jeune retraité ?

La retraite est un moment charnière de la vie, au cours duquel se réinventer un rôle social, après la vie professionnelle, devient prépondérant pour beaucoup de seniors. Ils repensent leur rapport à eux-mêmes, aux autres, influençant la perception de leur identité. Pour les jeunes retraités, le bénévolat est aussi l’occasion de pouvoir consacrer plus de temps à des activités en rapport avec leurs aspirations, pour une société plus harmonieuse. Sauter le pas demande réflexion et nécessite de savoir où trouver l’information pour s’engager.

Les jeunes retraités et le bénévolat

Le bénévolat est la pratique volontaire d’activités non-rémunérées. En 2019, la France comptait près d’un tiers de seniors bénévoles, et 1,5 million d’associations. Les retraités sont très attachés au bénévolat, qui permet de rester socialement actif une fois sa vie professionnelle achevée. 3 retraités sur 10 sont bénévoles dans une association sociale et caritative (1). Ils s’engagent à mettre leurs compétences et leur expérience au profit de personnes vulnérables, des plus jeunes ou des personnes en recherche de conseils. Les jeunes retraités l’envisagent comme une transition idéale entre le travail et la retraite. Ils occupent souvent des fonctions à responsabilité dans les associations, et sont souvent des bénévoles réguliers.

Toutefois, l’accroissement de l’espérance de vie influe sur l’implication des jeunes retraités dans le bénévolat. Le besoin d’aider quotidiennement ses aînés à faire face aux conditions de dépendance freine leur engagement, réduisant leur temps libre. La baisse du montant des retraites pousse aussi des jeunes retraités à accepter des emplois de quelques heures par semaine pour compenser la perte de revenus.

Quelles sont les motivations des jeunes retraités à faire du bénévolat ?

Si le bénévolat séduit tant de retraités, c’est parce qu’il répond à nombre de leurs objectifs et leurs aspirations à cette étape importante de leur vie : 

  • rester intellectuellement ou physiquement actif et préserver sa santé (entretien des facultés cognitives et fonctionnelles, estime de soi…) ;
  • cultiver sa vie sociale et ses capacités relationnelles en rencontrant de nouvelles personnes de tous âges ;
  • partager son expérience, recevoir de la considération en contrepartie, mettre ses compétences au service d’une cause ou d’un service jugé important ;
  • passer son temps utilement et agréablement ; 
  • approfondir sa passion ou lui consacrer plus de temps.

La part prise par les retraités dans le fonctionnement des associations montre à quel point leur rôle est crucial pour nombre d’entre elles, sous différents aspects :

  • contribuer à la solidarité et renforcer les liens entre générations ; 
  • assurer une meilleure visibilité du rôle joué par les retraités dans la société et améliorer l’opinion que le public a de la retraite et de l’âge mûr ;
  • réaliser des tâches et assurer une présence à des périodes peu accessibles aux actifs ;
  • assumer des responsabilités demandant temps et compétences : en 2017, 41% des présidents d’associations avaient 65 ans ou plus.

Le bénévolat n’implique pas toujours d’avoir des compétences particulières, mais plutôt des qualités humaines comme la volonté d’aider, d’écouter et de respecter l’autre. Il existe de nombreuses manières d’être bénévole, par exemple en participant à l’organisation logistique d’événements ou de l’activité quotidienne, en s’acquittant de tâches administratives. Le sens de l’organisation ou être méthodique, faire preuve de rigueur ou de patience sont des compétences prisées en association. 

Devenir bénévole à la retraite

Le bénévolat représente un engagement : il faut se poser certaines questions avant de proposer sa contribution à une association.

Afin de de maintenir son intérêt et sa motivation, il convient de faire le bon choix du domaine auquel consacrer son énergie :

  • santé, social, caritatif et humanitaire ;
  • défense de droits, intérêts et causes ;
  • éducation et formation ;
  • sports et loisirs, culture et vie sociale ;
  • développement local.

En fonction de ses obligations personnelles, il faut aussi décider combien de temps consacrer à son activité de bénévole et à quelle régularité, de quelques heures à plusieurs journées, régulièrement ou ponctuellement. Il faut se mettre ensuite en quête de l’association correspondant à son projet, ses valeurs et aux besoins de celle-ci.

Au-delà des grandes associations caritatives connues, les sources d’information pour identifier des associations ayant besoin de volontaires sont aussi nombreuses : la mairie de sa commune est un bon point de départ, mais aussi son entourage.

Il existe des associations de retraités, regroupées sous des plateformes comme Benevolt. Certaines associations sont dédiées à certaines catégories de retraités comme ECTI, conseillant des entreprises en France et à l’étranger, ou EGEE, favorisant la transmission de compétences entre générations.

D’autres plateformes informent sur le milieu associatif et identifient projets et besoins correspondants : 

  • France Bénévolat promeut le bénévolat ;
  • Associations.gouv.fr est le portail du gouvernement dédié aux associations ;
  • HelloAsso, solution de paiement pour les associations, met à disposition un annuaire de ses membres ;
  • Tous Bénévoles met en relation volontaires et associations ;
  • Diffuz rassemble des défis solidaires proposés par différents organismes. 
Infographie présentant les différentes manières de se rendre utile quand on est jeune retraité. Par exemple le bénévolat.
Se rendre utile quand on est jeune retraité / Source : Ircantec
Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *