jardinage seniors

Seniors et jardinage : de nombreuses vertus pour la santé

L’arrivée du printemps fait renaître l’envie de pratiquer des activités en extérieur. Le jardinage figure dans le top 3 des activités préférées des seniors. Il est bénéfique pour la santé mentale et physique, au point d’être utilisé en thérapie. Pour jardiner en toute sécurité, il est toujours utile de rappeler quelques conseils afin d’éviter accidents, blessures ou inconforts.

La passion du jardinage chez les seniors

Près de ⅔ des Français jardinent. En ville, des jardins partagés sont cultivés collectivement par les citadins, constitués en association. Ils favorisent la rencontre avec d’autres amateurs de jardinage, expérimentés ou non, la convivialité et offrent l’avantage économique non-négligeable de profiter des produits du potager.

La passion du jardinage vient juste après la lecture et le sport selon une enquête IFOP de 2016 sur les loisirs préférés des seniors (1). La moitié d’entre eux jardinent ou bricolent au moins une fois par semaine. 

Pour 73% des Français, jardinant ou non, le jardinage est perçu comme un véritable bonheur (2). Ce chiffre est en augmentation de 3 points depuis 2006… Une progression liée à la prise de conscience du bien précieux qu’est le jardin. La retraite est le moment propice au jardinage : les retraités disposent de plus de temps. La satisfaction d’entretenir son potager, de récolter ses productions de fruits, légumes, herbes ou fleurs est évidente. Le jardinage présente aussi l’avantage d’être bénéfique pour la santé des jardiniers.

chiffres clefs du jardinage en France
Les français et leur jardin / Enquête Unep-Ifop 2019

Quels sont les bienfaits du jardinage pour les seniors ?

Pratiqué en pleine nature ou en ville, le jardinage fait beaucoup de bien au corps : il exige des efforts physiques consommant de l’énergie, et aide à maintenir son poids de forme. Il sollicite mobilité, endurance, agilité, et souplesse pour creuser, planter ou récolter sa production. Il cultive la dextérité, les mains étant très sollicitées. Qui dit effort physique dit sensation de bien-être : le jardinage améliore le moral, dopé par la satisfaction de récolter le fruit de son travail. Il déclenche une bonne humeur anti-stress et aide à lutter contre la dépression.

D’autres avantages santé en découlent : 

  • le jardinage réduit les risques cardiovasculaires, lutte contre le diabète et la tension artérielle et améliore la circulation sanguine ; 
  • il renforce os et muscles : il est conseillé contre l’ostéoporose et d’autres maladies inflammatoires ;
  • il contribue à une meilleure alimentation puisqu’on consomme ce que l’on récolte ;
  • quand on jardine au soleil (tout en se protégeant des effets nocifs du soleil), l’organisme synthétise sa vitamine D.

L’hortithérapie : la guérison grâce au jardin

L’hortithérapie combat les troubles mentaux, psychiques, intellectuels ou physiques grâce à la culture des plantes ou à l’entretien d’un jardin. Elle s’est développée aux Etats-Unis et au Canada, puis au Royaume-Uni et au Japon, 2 pays réputés pour la beauté et les spécificités de leurs jardins. En France, diverses initiatives naissent pour la développer via des jardins thérapeutiques, mis en place par des associations ou des hôpitaux, mais également par l’Institut Curie ou le château de Versailles.

L’intérêt du jardin thérapeutique repose sur la stimulation sensorielle des patients, en fonction de leur pathologie, et le fait de “prendre soin du vivant”, selon Anne Ribes, fondatrice de l’association Belles Plantes. Par exemple, le cycle des saisons soutient le travail sur la mémoire, si important pour les personnes souffrant de dégénérescence cérébrale comme la maladie d’Alzheimer. La diversité des tâches permet de mobiliser différentes capacités physiques et de développer certaines qualités : créativité, endurance, précision, patience… Tous bénéficient d’un contact avec la nature grâce aux 5 sens : vue, odorat et goût bien sûr, mais également de l’ouïe et du toucher lorsqu’ils passent un peu de temps dans le jardin pour écouter les sons de la nature et toucher les plantes.

Outre la détente et le bien-être, cultiver un jardin crée du lien social, préserve l’autonomie et procure une activité permettant d’oublier son statut de patient hospitalisé. À noter qu’il existe aussi des jardins thérapeutiques en EHPAD : les habitants participent à un projet commun, déclenchant des émotions et procurant plaisir, beauté, satisfaction et apaisement.

Quelques conseils pour jardiner en toute sécurité quand on est âgé

Un jardinier avisé adapte son jardin en fonction de ses capacités, mais il est également important de suivre les conseils de son médecin, qui se prononcera sur une éventuelle contre-indication au jardinage. 

En son absence, s’étirer permet d’éviter les blessures, et il faut limiter au maximum les mouvements intenses (comme porter des charges lourdes) ou trop brusques. Mieux vaut se faire aider par une personne qui en est capable. Le choix des outils (notamment pour les femmes) et d’un équipement adapté est primordial pour éviter blessures et douleurs osseuses ou musculaires. Les positions accroupies ou avec le dos penché ne pouvant pas être soutenues trop longtemps, il est nécessaire de faire des pauses régulières et d’étaler l’accomplissement de ses tâches sur plusieurs jours si nécessaire. Adapter son installation doit aussi être envisagé, en privilégiant des plantations surélevées (pots et jardinières suspendues, arbustes, plantes nécessitant peu d’entretien…). 

Les précautions pour toute activité extérieure restent valables : s’hydrater régulièrement (le jardinage étant un sport modéré), jardiner au frais et protéger sa peau d’un soleil trop intense. 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *