Un aidant apporte son soutien à une personne âgée en perte d'autonomie

Perte d’autonomie de la personne âgée : comment y faire face ?

Les désagréments de santé liés au vieillissement augmentent avec l’allongement de la durée de vie. La perte d’autonomie, ou l’incapacité de réaliser certaines tâches du quotidien, concerne de plus en plus de personnes âgées. Selon une estimation de l’Insee, 4 millions de seniors devraient être concernés d’ici 2050 en France. La perte d’autonomie n’est pourtant pas une fatalité. En détectant certains comportements chez nos ainés, il est possible de mettre des actions en place afin de limiter son aggravation. 

Qu’est-ce que la perte d’autonomie chez la personne âgée ?

La loi définit la perte d’autonomie ou la dépendance de la manière suivante :

« L’état de la personne qui, nonobstant les soins qu’elle est susceptible de recevoir, a besoin d’être aidée pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie ou requiert une surveillance régulière. »

Une personne en perte d’autonomie se retrouve en incapacité partielle ou totale de réaliser certains actes de la vie quotidienne. La personne devient dépendante car elle a besoin d’aide pour effectuer certains mouvements comme :

La perte d’autonomie chez les seniors peut s’installer progressivement à cause du processus naturel de vieillissement, ou survenir subitement à la suite d’un accident par exemple.

Loin d’être une fatalité, la perte d’autonomie progressive peut se prévenir et être ralentie. En effet, certains comportements de la personne âgée peuvent être révélateurs d’une perte d’autonomie. S’il sont pris en charge rapidement, cela permettra de ne pas aggraver la dépendance. Il est donc indispensable d’en détecter rapidement les causes afin d’agir dessus et protéger nos aînés.

Infographie présentant les chiffres du grand âge et de la perte d'autonomie
Grand âge et autonomie en chiffres / Source : gouvernement

Quels sont les signes révélateurs d’une perte d’autonomie ?

Plusieurs signes physiques et psychiques peuvent être caractéristiques d’une perte d’autonomie. Il faut être attentif à la personne âgée afin de détecter certains changements de comportement :

  • des troubles de l’équilibre : des trébuchements, une démarche hésitante, des difficultés pour se lever et se déplacer… Ils sont les principales causes de fractures du col du fémur ;
  • des troubles alimentaires : changements d’habitudes, perte d’appétit persistante, dénutrition, déshydratation, repas moins fréquents, difficultés pour cuisiner ;
  • un manque d’hygiène : certains gestes pour effectuer sa toilette peuvent devenir difficiles en raison de douleurs musculaires et articulaires ;
  • des troubles de la mémoire : bien que bénins la plupart du temps, ils peuvent indiquer une maladie sous-jacente plus invalidante, comme la maladie d’Alzheimer ou une autre forme de démence ;
  • une altération de l’humeur : les sautes d’humeur, la tristesse, le désintérêt, sont autant de signe qui peuvent cacher une dépression s’il s’installent sur la durée ;
  • l’isolement social ou le repli sur soi : peut indiquer un trouble psychique (dépression…), mais également physique (troubles de l’audition…) ;
  • une grande fatigue.

Comment l’évaluer ?

Le médecin traitant est le premier point de contact pour évaluer la perte d’autonomie. Il peut effectuer une première évaluation de la situation, conseiller, et orienter vers des organismes spécialisés, comme :

La grille AGGIR (Autonomie, Gérontologie Groupe Iso Ressources) évalue les capacités mentales et corporelles sur la base de critères liés à la perte d’autonomie physique et psychique. Elle permet d’évaluer le degré de dépendance de la personne âgée et de la positionner dans un groupe (GIR : Groupes Iso Ressources) selon la gravité de sa perte d’autonomie. C’est l’outil de référence utilisé dans le cadre de l’attribution de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie). Les 6 groupes GIR sont : 

  • GIR 1 : présence continue nécessaire 
  • GIR 2 : assistance requise dans la plupart des activités de la vie quotidienne ou surveillance permanente 
  • GIR 3 : aide pour les soins corporels, plusieurs fois par jour 
  • GIR 4 : aide pour la toilette et l’habillage, ou aide pour les soins corporels et les repas 
  • GIR 5 : aide ponctuelle pour la toilette, la préparation des repas et le ménage 
  • GIR 6 : personne autonome 

Quelles sont les solutions pour la prévenir ?

Il est recommandé de capitaliser sur une bonne hygiène de vie afin de prendre soin de son corps et de son mental. Certaines bonnes habitudes aident à retarder les désagréments du vieillissement et à prévenir la perte d’autonomie. 

  • Avoir une alimentation équilibrée composée de fruits et légumes, d’aliments riches en protéines, ainsi que de produits laitiers, permet d’apporter les bons nutriments à son corps et son cerveau.
  • Pratiquer de l’exercice physique régulièrement est crucial. Le sport préserve les muscles et les articulations, renforce le système cardio-respiratoire, et permet de garder une certaine souplesse. La marche, la natation, la gymnastique douce, le tai-chi, la marche nordique, le yoga, sont par exemple d’excellentes activités.
  • Stimuler son cerveau afin de préserver ses sa mémoire et ses fonctions cognitives. La lecture, les jeux, les sorties culturelles, et toute activité permettant d’activer ses sens et d’expérimenter la joie ont un impact positif pour garder la santé.

Si la perte d’autonomie s’installe, alors il est possible de réaliser des aménagements permettant d’apporter du bien-être dans le quotidien de la personne âgée, et de faire appel à des professionnels pour l’aider à effectuer les tâches qu’elle ne peut plus faire seule.

  • Aménager le logement en modifiant certains espaces de vie et en ayant recours à la domotique : remplacer la baignoire par une douche pour senior, installer un monte-escalier, des barres d’appui, la lumière automatique, des volets électriques…
  • Faire appel à des professionnels de santé pour améliorer son bien-être : un kinésithérapeute pour stimuler les muscles et travailler l’équilibre, un podologue pour améliorer la posture et encourager la marche… 

Perte d’autonomie : quel est l’accompagnement proposé par Amelis ?

Nos auxiliaires de vie qualifiées assurent les gestes essentiels et s’adaptent aux besoins de chaque personne. Elles sont à l’écoute et établissent un lien de confiance avec la personne. Ce lien est crucial car elles sont amenées à réaliser des gestes touchant à l’intimité de la personne. Nos auxiliaires de vie sont également formées à l’utilisation de matériel médical (lit médicalisé, lève-personne, déambulateur, verticalisateur, guidon de transfert, matériel d’ergothérapie,…).

Amelis est un service d’aide à domicile qui accompagne les personnes âgées en perte d’autonomie à toutes les étapes de la journée : 

Chez Amelis, la prise en charge est personnalisée. Une évaluation gratuite à domicile est proposée en amont. Un devis est ensuite proposé. S’il est accepté, la personne sélectionne ensuite son auxiliaire de vie, et un suivi sera assuré tout au long de la prestation.

La tarification est transparente et sur-mesure. Amelis est conventionnée auprès des principaux financeurs : APA, PCH, CNAV, Mutuelles… Une prise en charge est donc envisageable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.