Bien vieillir, c’est avant tout améliorer son espérance de vie. Cela se traduit par une bonne santé. La perte d’autonomie liée à l’âge n’est pas une fatalité. Elle peut être limitée. Il est possible de bien vieillir en agissant sur son hygiène de vie et sur son environnement.

Que signifie « bien vieillir » ?

La France compte environ 14 millions de seniors âgés de 65 ans, soit 20% de la population française (source : Insee). Ils seront plus nombreux que les moins de 20 ans en 2030. L’allongement de la durée de vie est représentatif d’une amélioration des conditions de vie des Français. Cependant, il n’est pas toujours signe de bonne santé. Depuis 10 ans, on constate une stagnation de l’espérance de vie sans incapacité (source : Drees), ainsi qu’une augmentation des maladies chroniques telles que :

  • l’hypertension,
  • le diabète,
  • les troubles sensoriels,
  • de la marche,
  • de l’équilibre…

Ce plafonnement s’explique notamment par l’absence de stratégie de prévention liée à ces maladies. 

Les politiques de prévention de la perte d’autonomie sont encore insuffisantes en France. Selon la Drees, la prévention sanitaire institutionnelle (actions de prévention organisées ou financées par des fonds ou des programmes nationaux ou départementaux) représente seulement 1,8 % des dépenses courantes de santé. En Europe, certains pays comme les Pays-Bas, le Danemark et la Finlande, semblent davantage trouver l’équilibre en consacrant près du tiers de leurs dépenses de soins de longue durée à la prévention.

Le concept de « bien-vieillir » fait référence à la prévention appliquée aux seniors. Il encourage les personnes âgées autonomes à suivre des règles d’hygiène de vie leur permettant de rester en bonne santé le plus longtemps possible. Par exemple, certaines habitudes comme :

En cultivant ces principes de vie, il est possible de vieillir en bonne santé et de limiter la perte d’autonomie.

Typologie des seniors
Typologie des seniors / Source : assurance-prevention.fr

Prendre soin de son corps pour bien vieillir

L’alimentation a un rôle essentiel afin d’apporter les bons nutriments à son corps et le préserver. Avec l’âge, l’appétit peut diminuer et les repas s’appauvrir et devenir irréguliers. Il faut donc veiller à manger en quantité suffisante (3 repas par jour), et à varier son alimentation dans la mesure du possible.

Les fruits et les légumes sont à privilégier à chaque repas (5 portions par jour), avec une source de bons glucides (pain, céréales…). Les féculents, quant à eux, sont à limiter à une portion par jour. Il est également important de consommer une source de protéines (viande, œuf, poisson, tofu…) 1 à 2 fois par jour pour maintenir sa masse musculaire. Il convient de modérer sa consommation de matières grasses, et de limiter au maximum le sucre et le sel. Enfin, il faut veiller à bien s’hydrater tout au long de la journée car la sensation de soif se perd en vieillissant. La stabilité du poids est le signe d’une bonne santé, et d’une alimentation suffisante.

Pratiquer une activité physique régulière a de multiples vertus. Elle permet de :

  • compenser la perte musculaire,
  • fortifier ses articulations,
  • maintenir son système cardio-vasculaire et respiratoire,
  • garder le moral,
  • et de conserver souplesse et agilité.

Il existe des activités sportives de groupe qui auront le bénéfice supplémentaire de créer du lien social. Les sports d’endurance comme la marche et la natation sont excellents pour le cœur. Ces activités peuvent être complétées par des exercices d’assouplissement et de renforcement musculaire, pouvant être pratiqués à la maison.

Bien vieillir en restant curieux

Stimuler l’intellect permet de préserver les facultés cognitives, de garder une certaine vivacité d’esprit, et de rester alerte le plus longtemps possible. Il est possible de créer des nouvelles connexions neuronales à tout âge en mobilisant son cerveau. Tout comme le corps, le cerveau est un muscle qu’il faut entraîner tout au long de sa vie ! Ainsi, toute activité faisant travailler le cerveau aura un impact bénéfique pour :

  • la mémoire,
  • la concentration,
  • l’équilibre,
  • les émotions,
  • l’acquisition de connaissances,
  • la communication,
  • le lien social… 

Solliciter son cerveau n’est pas si compliqué. Que ce soit par :

Maintenir sa curiosité en éveil permet de vieillir harmonieusement. Avoir une vie pleine d’activités permet ainsi de garder le moral et de se prémunir des troubles cognitifs. Un cercle vertueux, qui associé au sport, procure du bien-être, et préserve du vieillissement.

Une autre manière de rester en forme est de transmettre son savoir. L’expérience et les connaissances s’enrichissent et deviennent précieuses avec l’âge. Les partager permet de garder une continuité avec son parcours de vie et de maintenir son identité sociale. C’est aussi une manière de se sentir utile, et de créer du lien avec les jeunes générations.

Bien vieillir en cultivant un état d’esprit positif

Maintenir et enrichir son réseau relationnel permet de garder un équilibre physique et moral. Les relations amicales et familiales constituent un lien social fort qui permet d’affirmer son identité et de valoriser son image. Ce sont aussi des moments durant lesquels les seniors peuvent transmettre leur histoire, leur culture, leur patrimoine, auprès de leur descendance. Les liens intergénérationnels sont très appréciés et particulièrement stimulants pour les seniors.

Communiquer et partager avec les autres stimule l’esprit et permet de partager :

  • ses peines,
  • ses joies,
  • ses doutes,
  • et ses réussites…

Extérioriser ses émotions est libérateur et engendre un état d’esprit positif. Tout comme l’écoute de l’autre favorise la concentration, l’empathie et le sentiment d’utilité. C’est aussi l’occasion d’échanger à propos d’activités quotidiennes (une exposition, un film, une musique…) et de faire travailler sa mémoire.

Maintenir un état d’esprit positif et envisager l’avenir sereinement sont les fondements du bien vieillir. Il est important de prendre soin de soi et respecter son rythme et ses envies, et de renforcer l’estime de soi en s’investissant dans des causes porteuses de sens (s’engager dans une association par exemple).

L’importance d’aménager son logement

Après la retraite, le logement est le lieu où le senior passe la plupart de son temps. Il est essentiel que ce dernier s’y sente bien. L’habitat doit être chaleureux et décoré selon ses goûts et sa personnalité. L’habitat doit également répondre à ses besoins en termes d’accessibilité. Selon la perte de mobilité, il peut être nécessaire de réaménager les espaces de vie pour améliorer les déplacements et la sécurité. Cela limitera les risques d’accidents domestiques, et favorisera le maintien à domicile le plus longtemps possible. Des solutions simples et économiques peuvent faire la différence :

  • l’éclairage automatique,
  • des barres de maintien,
  • des nez de marche antidérapants,
  • l’ajout de prises électriques,
  • la suppression de tapis… 

Des aménagements plus conséquents peuvent être nécessaires comme le remplacement d’une baignoire par une baignoire à porte ou un douche à l’italienne, le remplacement de portes battantes par des portes coulissantes, la pose de volets électriques, ou encore du mobilier ergonomique. Un ergothérapeute peut réaliser un diagnostic afin de déterminer les aménagements nécessaires.

En cas de perte d’autonomie, des aides financières pour l’adaptation du logement sont proposées par divers organismes. Il est possible de se renseigner auprès de : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.